shopping-bag 0
Items : 0
Subtotal : 0,00$
View Cart Check Out

Coupe du monde de minisoccer

L'afrique du Sud pour se jauger!

L’Afrique du Sud, victime idéale?

Renan Dias, notre Directeur de l’arbitrage, est aussi joueur semi-pro. Il a joué à haut niveau au Brésil et est… le capitaine de l’équipe de soccer à 6 (minifootball) du Brésil, qui participe à la Coupe du monde!

Celle-ci aura lieu à Perth, en Australie, du 1er au 11 octobre.

Nous avons pensé que vous seriez intéressés par l’expérience de Renan durant cet évènement incroyable et nous vous proposons donc de le suivre et de le soutenir tout au long de la compétition.

 

Pour ce faire, Renan publiera régulièrement sur notre page Facebook et notre site une sorte de « carnet de voyage » dans lequel il vous fera le récit de son aventure.

Voici son deuxième billet, bonne lecture!

 

J’espère que vous avez apprécié le premier chapitre de notre blog de la Coupe du Monde en Australie!

Dans ce deuxième opus, je vais vous parler des jours qui ont précédé notre premier match contre l’Afrique du sud et, bien sûr, comment se sont déroulé nos débuts dans la compétition.

 

Équipe technique

J’ai le plaisir de représenter l’équipe en tant que capitaine, je suis ravi car nous avons beaucoup de joueurs expérimentés avec du leadership. Chacun fait sa part, en recherchant toujours l’excellence dans la performance et en tirant le meilleur parti de chacun au sein du groupe.

Notre horaire est très bien fait et celui-ci nous a permis de fonctionner parfaitement en dépit du manque de temps. Ainsi, toutes les attentes des entraîneurs vis-à-vis de notre équipe, notamment les objectifs, la stratégie, les séances physiques et tactiques, ont pu être tenues sans problème. C’est d’autant plus apprécié que nous avons la chance d’avoir un comité technique très compétent, composé de 5 professionnels. Le fait que j’avais déjà pu travailler avec 3 d’entre eux auparavant a été d’une grande aide.

 

 

Avant-match : l’Afrique du sud, premier adversaire !

La journée d’avant-match, en plus de nous permettre de nous remettre du décalage horaire (rappelons qu’il y a 12 heures de décalage avec Montréal), fut très utile. Nous avons en effet pu effectuer un entraînement matinal pour l’activation musculaire, dans le but de «réveiller le corps». Puis un entraînement tactique l’après-midi afin d’ajuster notre schéma de jeu.

Ce dernier entrainement est très important car la tactique est la clé du jeu de n’importe quelle équipe.

Dans une compétition de ce niveau, la technique seule n’est pas suffisante. C’est la discipline et le respect des consignes qui va permettre à une équipe peut-être moins douée  techniquement de finalement l’emporter.

 

Début de compétition et favoris

Les favoris de la compétition sont la République Tchèque (les champions en titre, qui nous ont éliminé en 2017 dans la Coupe du Monde en Tunisie), ainsi que le Mexique, la Roumanie, la Slovaquie et les États-Unis.

La compétition a débuté tranquillement, la première journée ayant fait se rencontrer des pays qui en principe ne devraient pas aller très loin.

Pour notre part, nous avons débuté lors de la 2ème journée face à l’Afrique du sud. Cette deuxième journée a donné lieu à de bons matchs et a confirmé nos pronostics.  Ainsi, la République tchèque a écrasé Singapour 17-0 ! Tandis que dans l’autre rencontre de notre groupe, nous avons assisté à une démonstration des États-Unis face à l’Argentine. Les américains l’ont emporté 8-0 !

Cette équipe est prometteuse car tous leurs joueurs jouent dans la ligue professionnelle intérieure MASL (maslsoccer.com). Cette ligue qui existe depuis 2008 a un très haut niveau de jeu et ses joueurs sont donc habitués à suivre à la lettre la stratégie demandée par leur entraineur.

Les américains ont en outre la chance de compter dans leurs rangs Jermaine Jones, un ancien joueur du Bayer Leverkusen et Schalke 04, deux clubs de division 1 allemande. Il a ainsi disputé des matchs de Ligue des champions en club mais aussi de Coupe du monde avec l’équipe américaine ! Pouvoir jouer contre un joueur qui a joué à un si haut niveau est toujours incroyable. Il fait partie de ces joueurs qui comme London Donavan (une ancienne vedette de la MLS et de l’équipe des États-Unis) ont signé des contrats avec des équipes de la ligue professionnelle indoor américaine.

Jermain, bien que venant du 11×11, a su s’adapter au style du 6×6 que nous pratiquons pour cette coupe du mondes et est logiquement le capitaine de l’équipe. Un joueur à suivre puisque nous allons bientôt jouer contre les États-Unis.

 

Jour de Match

Notre premier match a eu lieu à 16h, heure de Perth (4h du matin à Montréal). Nous avons débuté la journée comme nous le faisons chaque jour de match, en commençant par un entrainement léger le matin pour réactiver les organismes, suivi d’une causerie pour motiver le groupe à la fin. Puis nous nous sommes dirigés vers le stade l’après-midi.

 

Nous n’avions jamais vu l’équipe sud-africaine jouer, si bien que nous ne savions pas ce qui nous attendrait une fois sur le terrain. Mais nous étions confiants de nos qualités, le plus important étant de donner notre maximum, aussi bien techniquement que tactiquement. Une interrogation pesait aussi sur la pelouse puis que nous n’avions pas pu nous entraîner dessus.

C’est parti !

Les échanges étant illimités, nous avons défini deux groupes en rotation. Ces deux formations avaient des caractéristiques différentes :

  • La première était la plus offensive, privilégiant une circulation de balle rapide.
  • La seconde était davantage défensive avec deux grands défenseurs (dont votre humble serviteur).Le but de ce deuxième alignement était de bloquer les combinaisons adverses (notamment avec l’attaquant en pivot).

La partie a mal débuté puisqu’après moins de 3mn, un long ballon dévié par un vent très fort, a induit notre défense en erreur ce qui a permis l’ouverture du score des sud-africains ! Ce n’était pas prévu mais nous n’avons pas lâché et après 14 minutes intenses, nous égalisions enfin.

Nous avons réalisé lors de ce premier match que nous avions besoin d’avoir un joueur jouant en pivot dans la défense adverse et que nous devions modifier nos 2 formations en ayant un grand défenseur dans chacune d’elles. Suite à ces constats, nous avons obtenu de bien meilleurs résultats en marquant un but toutes les 4 minutes, ce qui nous a permis de l’emporter 7-2!

Une belle victoire qui nous a permis de démontrer nos qualités… mais qui a aussi mis le doigt sur les points que nous devons absolument améliorer.

Je vous expliquerai dans mon prochain billet comment nous avons fait pour corriger nos points faibles. Et je vous raconterai notre derby contre l’Argentine!

N’hésitez pas à commenter et à me poser vos questions, ce sera un plaisir pour moi de vous y répondre !

EnglishFrançais